La République ne saurait se soumettre à la police

Il y a des moments dans la vie politique qui marquent. Des moments où dans la tempête, nous avons besoin de tenir le cap, ne pas céder aux sirènes du pire. 

Le 19 main 2021 fera sans aucun doute parti de ces moments. Pour la première fois depuis très longtemps, des milliers de policiers, à l’appel de plusieurs syndicats policiers manifesteront devant l’Assemblée nationale.

C’est un véritable coup de force et un détournement honteux de l’hommage, nécessaire, aux policiers tués récemment dans l’exercice de leurs fonctions. Un hommage à ces femmes et ces hommes, morts dans l’exercice de leurs fonctions, est nécessaire et tout le monde souhaitent s’y associer mais nous n’acceptons pas qu’ils soient ainsi confisqués.

Mais une chose doit être claire, la République ne saurait se soumettre à la police.

Comment ne pas être en colère de voir un Ministre de l’intérieur manifester aux côtés de policiers devant l’Assemblée Nationale alors que ceux-ci ne cessent de dénoncer l’angélisme voire le laxisme du pouvoir législatif. Ce n’est pas la police qui fait la loi, et la séparation des pouvoirs est une garantie pour la république.

En assistant à cette manifestation aux côtés des syndicats policiers qui ont refusé de se rendre au Beauvau de la sécurité témoigne, Darmanin montre clairement qui « est à la botte de qui ». Préoccupant et dangereux.

« La peur doit changer de camp » voilà ce que prônent des syndicats de police, soutenus par l’extrême droite, et la droite réactionnaire. Rappelons-nous que le 13 mars 1958, les policiers défilaient devant l’Assemblée nationale avec … le député poujadiste Jean-Marie Le Pen.Le climat est anxiogène, et l’extrême droite déroule ses thèmes avec une facilité qui doit nous inquiéter. Mais nous ne gagnerons jamais en chassant sur ces terres.

La solution n’est pas la peur, ni le tout répressif. La gauche n’a rien à faire dans cette manif. Nous avons tellement mieux à proposer que cet imaginaire sécuritaire.

Des moyens pour la police, ses commissariats et ses équipements ? Oui.

Des plans de formations pour mieux préparer les agents ? Oui. 

Le retour de la police de proximité pour restaurer la confiance avec les habitant-e-s ? Oui.

La réforme du système de maintien de l’ordre ? Oui.

Des milliers d’embauches ? Oui. 

En revanche nous devons camper fermement sur nos valeurs, notre imaginaire et ne pas céder aux pressions de certains syndicats policiers qui osent déclarer à la télé que « les politiques qui ne participeront pas au rassemblement de la police devront assumer ». 

Nous assumons à 100% de ne pas y aller, et c’est même notre responsabilité. Le meilleur hommage que nous devons rendre aux policiers c’est de réformer une police à bout de souffle, fournir aux agents des conditions de travail de qualité, mettre fin aux vagues de suicides et retisser un lien avec les citoyens. 

Notre responsabilité c’est de mettre un coup d’arrêt à la montée du péril fasciste tout en luttant contre l’idéologie qui laisse croire qu’un arsenal sécuritaire et répressif serait de nature à répondre aux enjeux de sécurité qui sont face à nous. 

N’oublions pas non plus ces manifestations de policiers sous des fenêtres d’élu-e-s de la République, en pleine nuit sirène hurlante. 

Ce n’est pas notre conception de la police, et cela ne le sera jamais. 

Enfin, il est inacceptable de se coller à l’agenda idéologique que droite et extrême droite imposent chaque jour un peu plus. Nous avons tellement mieux à faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s