Soutien aux salarié-e-s de Leroy Merlin en lutte pour leur dignité !

Depuis maintenant plus d’une semaine les salariés de Leroy Merlin sont en grève partout en France pour exiger une augmentation des salaires.

Alors que l’inflation est de 2.6%, la direction de l’entreprise n’a proposé que 2% d’augmentation salariale et le passage de la prime inflation de 100 à 200 euros ! En clair, les salarié-e-s, déjà impactés par la crise et le chômage partiel, vont à nouveau perdre du pouvoir d’achat !
Pourtant ce n’est pas l’argent qui manque dans les caisses du groupe !

Dopé par la crise sanitaire, le chiffre d’affaires de Leroy Merlin France (141 magasins) en 2020 a augmenté de 5 % sur un an pour atteindre 7,9 milliards d’euros.

Pendant que les salariés se serrent la ceinture, la Famille Mulliez, propriétaire du groupe, demeure la 7ème fortune de France avec un patrimoine de 26 milliards d’euros

Il est inacceptable que des salariés gagnent 1200-1400 euros après 20 ans d’ancienneté chez Leroy Merlin alors que les profits du groupe ont explosé.

Présents en première ligne pendant la période du COVID, et utile à la population, il est impératif de revaloriser les salaires pour permettre aux salariés de vivre dignement de leur travail.

Hier, pour la deuxième fois en une semaine, un gréviste à tenter de s’immoler par le feu illustrant le désarroi et la souffrance de centaine de salariés.

Il faut en urgence réouvrir les négociations salariales et accepter les revendications légitimes des salariés aujourd’hui mobilisés pour leur dignité.
Soutien à eux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s