Emmanuel Macron banalise le fascisme !

« Nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi, non pour soutenir les idées que je porte, mais pour faire barrage à celles de l’extrême droite » affirmait Emmanuel Macron au soir du second tour des élections présidentielles le 24 avril 2022.

Après avoir fait élire 89 députés du Rassemblement National et en votant pour deux députés RN à la vice-présidence de l’Assemblée Nationale, le Président de la République et la majorité présidentielle ont montré leurs vrais visages, ceux de la complaisance avec l’extrême-droite.

Hier un nouveau pas a été franchi. Alors que depuis 72 heures des nervis identitaires, accompagnés de néo-nazis, ont manifesté dans les rues du pays en poussant des cris racistes, Emmanuel Macron a fait le choix d’être le premier président étranger à rencontrer la dirigeante fasciste italienne Giorgia Meloni.

Le fascisme n’est pas une idéologie comme les autres.

Avec Emmanuel Macron les digues contre l’extrême droite deviennent des ponts.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s